La console

Sony aime les designs osés. On ne débattra pas ici des qualités esthétiques de la PS3, les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas, vous avez de quoi vous faire une idée avec les photos qui ornent ces pages. Méfiez-vous en tout cas des tâches ménagères qui accompagneront votre achat car une chose est certaine, le noir laqué, c'est classe mais ça pompe la poussière et les traces de doigts comme peu d'autres choses en sont capables. En termes d'encombrement, prévoyez large car la machine n'est pas une lilliputienne, un peu plus grosse qu'une Xbox 360, il faut de plus lui ménager un espace de ventilation conséquent puisque ses évacuations d'air chaud brassent une quantité impressionnante de chaleur qu'un espace trop confiné dans votre ensemble audio-vidéo aurait tôt fait de lui renvoyer dans les bronches. Pour les amateurs de chiffres précis, ses dimensions sont 325mm x 98mm x 274mm pour un poids d'environ 5 kilos. Si elle est volumineuse, salissante et chaude comme la braise, la PS3 peut en tout cas se vanter d'être d'un silence quasi absolu, ce qui n'est pas rien lorsqu'on se souvient qu'elle a été conçue comme un système de divertissement complet, faisant également office de point d'accès au net. En somme, en théorie, à l'image d'un PC Media Center, elle est supposée rester sous tension en permanence (gare à ce titre à sa très forte consommation électrique). On en profite pour bien signaler que oui, vous pouvez brancher une PS3 d'import aussi japonaise qu'américaine sur une prise murale française sans transformateur, avec un simple cordon d'alimentation PC. C'est garanti et certifié par notre propre expérience. Concernant l'interface, de la machine, elle reprend à l'identique celle de la PSP, un choix pas nécessairement très judicieux quand on voit le nombre de personne ayant toujours bien du mal à se dépêtrer de cette navigation en croix pas toujours très claire et intuitive.

Le SIXAXIS

Pour sa nouvelle manette, Sony ne joue pas la carte de la prise de risque en nous servant une nouvelle itération de son Dualshock amputé de son moteur de vibration. En lieu et place, le SIXAXIS embarque une batterie afin de lui permettre de fonctionner sans fil et un système de reconnaissance des mouvements qui a déjà bien fait parler de lui. L'ergonomie ne change que très peu et c'est surtout du côté des gâchettes L2 et R2 qu'on regardera puisque ces dernières gagnent une course en faisant de véritables gâchettes et non de simples flips. L'ergonomie de ces touches est déjà à l'origine de deux clans : les convaincus et les septiques. La question que tout le monde se pose c'est évidemment celle de l'autonomie des pads annoncée de 30 heures pour une recharge de 30 minutes. Des valeurs qui n'ont pas encore pu être vérifiées avec certitude mais qui semblent justes pour l'instant. Autre ajout sur le pad, la touche de fonctions PS qui, lorsqu'elle est maintenue enfoncée ouvre un menu interne de la console servant à réassigner le pad (joueur 1, 2, etc.), à activer ou désactiver l'analogie pour les jeux PSOne, quitter la partie en cours ou encore éteindre la PS3.


  Aspects techniques : Configuration globalenext

L'ère de la gen, comme toute arrivée de nouvelle génération de machines, c'est évidemment un nouveau bond en avant de la technologie déjà amorcé par Microsoft et sa Xbox 360. Ici, point n'est besoin d'une grande prose quand un simple listing suffit. Souvenez-vous néanmoins lorsque vous lisez une fiche technique que chaque élément doit être mis en relation avec les autres.

Au coeur de la console réside le processeur CELL, développé en partenariat par IBM, Sony et Toshiba, un consortium qui implémentera cette technologie dans d'autres machines, du téléphone à la télévision. Conçu comme un système "multicore", le CELL est toutefois différent des autres systèmes de ce type puisqu'il ne possède qu'un coeur principal (contrairement au tricore qui équipe la Xbox 360) mais qui repose sur 8 SPE (Synergistic Processing Elements) dont 7 seulement sont activés, le huitième servant à remplacer un SPE défectueux. Ces SPE agissant comme autant de coeurs secondaires dédiés à une tâche précise. Sa technologie lui permet donc de traiter plusieurs tâches simultanément. Sa cadence est de 3.2GHz. Du côté graphique, Sony lorgne chez Nvidia et emprunte au fondeur la technologie du NV47 (Geforce 7) dans le processeur RSX fréquencé à 550 Mhz, couplé à 256 Mo de mémoire vidéo de type GDDR 3. Pour ceux qui aiment vraiment lire des chiffres et savent en plus les interpréter, il ne vous reste qu'à consulter le listing qui suit, pour comparaison éclairée de la fiche technique de la Xbox 360. Attention, certains éléments sont à relativiser, comme la répartition différente de la mémoire vive, dédiée chez Sony, partagée chez Microsoft. De fait, si vous attendez de trouver ici une réponse claire et définitive à la question : "c'est qui le plus fort entre l'éléphant Microsoft et le rhinocéros Sony ?" vous allez être déçu, les développeurs n'étant eux-mêmes pas d'accords sur ce point, chaque machine ayant des façons différentes de travailler pourra se montrer plus ou moins aisée à utiliser, ici pour traiter l'intelligence artificielle, ici pour gérer un moteur 3D. De toutes façons, on ne le répétera jamais assez, ce n'est pas la puissance brute qui fait une console, c'est la façon dont on s'en sert.

Playstation 3Xbox 360
GPU- 1 Microprocesseur CELL à 3.2 GHz + 7 SPE
- 1 Cache de niveau 2 de 512 Ko
- 1 EIB (Element Interconnect Bus) : communications internes entre les différents éléments
- 1 MIC (Memory Interface Controler) : contrôleur de mémoire partagé
- 1 Flex I/O Interface : contrôleur d'entrées/sorties (E/S)
- 1 XeCPU (IBM) tri-core, 2 threads par core (6 cores virtuels) à 3.2GHz
- 1 unité VMX-128 par core et 128 registres VMX-128 par thread.
- 1Mo de cache de niveau 2
GPU et RAM vidéo- 1 processeur RSX à 550 MHz
- 256 Mo de RAM vidéo GDDR3 à 700 MHz
- 1 processeur XENOS (ATI) à 500 Mhz
- 10 Mo d'EDRAM
Mémoire principale256 Mo de RAM XDR DRAM à 3.2 Ghz 512 Mo de mémoire GDDR 3 à 700 MHz partagée entre CPU et GPU
Support HDTV720p, 1080i, 1080p 720p, 1080i (1080p prévu après une mise à jour)


Aspects techniques : Connectique

La page la plus indigeste étant tournée, oublions les chiffres pour aborder une toute autre question, celle de la connectique, nettement plus simple à appréhender. Encore qu'il faille faire la différence entre les deux packs. Commençons donc par ce qui est commun aux deux versions de la machine. En matière de périphériques divers et variés, on retrouve les très classiques prises USB 2.0au nombre de 4, servant à connecter aussi bien un pad qu'un lecteur de cartes mémoire PS2, l'Eye Toy ou encore un appareil photo numérique. L'avantage étant qu'il s'agit de ports standards. Il en va d'ailleurs de même du cordon d'alimentation qui est en tout point similaire à ceux de nos PC. Pratique si vous faites partie de la confrérie des collectionneurs de câbles.

Du côté de la vidéo, on fait dans le simple avec une sortie analogique toute bête permettant de se brancher sur une télé standard pendant que les possesseurs de TV Haute Définition trouveront une sortie HDMI sur les deux modèles de PS3. Malheureusement, et c'est le premier carton rouge pour Sony, le câble en question n'est fourni dans aucun des deux packs alors même qu'il est indispensable au jeu ou à la lecture de Blu-Ray en HD. On ignore pour l'heure le prix de vente de ce câble en Europe. C'est en tout cas par ce port que la console fera passer son affichage haute résolution, couvrant tout le spectre de résolutions de 480i, 480p (télé standard), 720p, 1080i jusqu'au Saint Graal de la HD, le 1080p (le seul nécessitant vraiment le câble HDMI, les autres résolutions fonctionnant avec un câble AV Out YUV).

Après la vidéo, le son. Ici, rien de très surprenant pour une machine qui se veut high-tech, on trouvera donc en toute logique une sortie optique que l'on n'aura qu'à relier à son installation 5.1, la console décodant elle-même le 5.1 Dolby ainsi que le signal DTS de meilleur qualité.

Après l'audio et la vidéo, l'étape suivante est la communication, toutes les façons possibles de faire passer de l'info entre votre PS3 et le monde extérieur. C'est ici que les deux packs diffèrent du tout au tout, en dehors du fait de proposer un disque dur de 20 Go pour l'un et de 60 pour l'autre. Communs aux deux versions : le port ethernet auquel se connecte le câble réseau qui permet de connecter sa PS3 au net (via un modem ou un routeur). Ceci sans oublier le port bluetooth servant principalement aux pads sans fils.

La version 60 Go de "luxe" est à ce stade bien plus intéressante puisqu'elle intégrera une carte WIFI autorisant l'accès au net sans fil ainsi qu'un lecteur de cartes mémoire de type Memory Stick (Standard, DUO et PRO), SD (Standard, Mini) et CompactFlash (I et II) placé en façade.

Du côté des fournitures, quelle que soit la version pour laquelle vous opterez, vous trouverez dans la boîte le même contenu, à savoir :

  • - 1 câble USB (pour recharger le pad ou connecter un périphérique)

  • - 1 câble audio-vidéo composite (identique au câble PS2)

  • - 1 câble réseau ethernet

  • - 1 cordon secteur

  • - 1 pad sans fil

Un dernier mot au sujet des disques durs. Sachez qu'il est possible d'en changer aisément afin d'augmenter l'espace de stockage, il suffit ensuite de se procurer un disque de type S-ATA au format 2.5, le même type que ceux que l'on trouve habituellement dans les PC portables. Notez toutefois que si cette opération est rendue possible par Sony, il semble qu'elle fasse sauter la garantie de la console.


En avant vers le multimedia

Tout comme la Xbox 360, la Playstation 3 a été pensée comme un centre de divertissement multimedia capable de lire à peu près tout et n'importe quoi. A commencer, bien sûr par les disques Blu-Ray qui feront office de support aux jeux PS3 mais également à la vidéo. C'est là un pari sur l'avenir puisque le Blu-Ray se dispute avec le format HD-DVD dans la guerre des successeurs au DVD. Un débat qui ne nous concerne en rien. On se contentera donc d'énoncer que la PS3 fait figure de lecteur Blu-Ray peu onéreux au regard du prix des platines standards. La lecture de DVD et de CD est bien évidemment possible de même que celle des SACD, les Super Audio CD, fort peu usités par le commun des mortels. Inutile de préciser que l'ensemble des formats inscriptibles ou réinscriptibles sont reconnus par la machine, à savoir les CD, DVD ou Blu-Ray gravés de tous types (R, RW, + ou -)

En ce qui concerne les formats numériques accessibles sur le disque dur, une carte mémoire ou votre PSP, la liste est variée, comme vous pouvez le voir :

VidéoAudioImages
MPEG-1
MPEG-2
H.264/MEPG-4 AVC
MPEG-4 SP
ATRAC
AAC
MP3
WAV
JPEG
GIF
PNG
TIFF
BMP

Une liste qui n'est pas figée dans le marbre et qui pourra évoluer avec quelques mises à jour. Comme vous le voyez, la PS3 a plus d'une corde à son arc peut donc faire office de lecteur audio et vidéo mais également de projecteur de diapo et possède même son propre navigateur web plutôt agréable, fonctionnant parfaitement avec un couple clavier/souris USB. Dans son approche très Pciste du point de vue du software, Sony enfonce le clou avec le support de Linux qui ouvrira les portes de sa console aux codeurs et aux applications tiers, on peut donc s'attendre à voir débarquer toutes sortes de logiciels hétéroclites sur PS3, du browser internet aux jeux indépendants ou amateurs.

In fine, Sony propose ici une machine qui mérite bien qu'on la qualifie de PC de salon tant elle se montre polyvalente sans pouvoir cependant espérer concurrencer un véritable PC en matière de confort d'utilisation. Il ne s'agirait pas de toutes façons d'oublier que c'est bien en face d'une console que nous nous trouvons et qu'à ce titre, ce sont surtout des jeux que l'on attend, on a déjà vu comme cette optique multimédia à coûté à la firme avec la PSP. Et dans ce domaine ludique, c'est vers les futurs previews et tests que nous vous renvoyons.


Mes jeu préférer

Quelque jeu préférer :

-Resistance: fall of man

i008p30f

-Harry Potter et l'ordre du phoenix

hpopp30f

et plein d'autre.